Librairie

Affichage des produits 346–360 sur 409

  • Christophe Colomb

    10,00

    1492 est un millésime célèbre dans les annales géographiques. C’est la date mémorable de la découverte de l’Amérique. Le génie d’un homme allait pour ainsi dire compléter le globe terrestre, en justifiant ce vers de Gagliuffi: 

    Unus erat mundus ; duo sint, ait iste : fuere

    L’ancien monde devait donc être chargé de l’éducation morale et politique du nouveau. Était-il à la hauteur de cette tâche, avec ses idées encore étroites, ses tendances à demi barbares, ses haines religieuses ? Les faits répondront d’eux-mêmes.

    Acheter
  • La Conquête des Indes

    10,00

    En même temps qu’il envoyait Diaz chercher dans le Sud de l’Afrique la route des Indes, le roi du Portugal, Jean II, chargeait deux gentilshommes de sa cour de s’informer s’il ne serait pas possible d’y pénétrer par une voie plus facile, plus rapide et plus sûre : l’isthme de Suez, la mer Rouge et l’océan Indien. Une telle mission exigeait un homme habile, entreprenant, bien au courant des difficultés d’un voyage dans ces régions, connaissant des langues orientales et tout au moins l’arabe. Il fallait un agent de caractère souple et dissimulé, capable, en un mot, de ne pas laisser pénétrer des projets qui ne tendaient à rien moins qu’à retirer des mains des musulmans, des Arabes et par eux des Vénitiens, tout le commerce de l’Asie pour en doter le Portugal…

    Acheter
  • Magellan

    10,00

    On ignorait encore l’immensité du continent découvert par Christophe Colomb. Aussi, cherchait-on obstinément sur la côte d’Amérique, qu’on supposait toujours former plusieurs îles, ce fameux détroit qui devait mener rapidement dans l’océan Pacifique et jusqu’à ces îles des épices dont la possession aurait fait la richesse de l’Espagne. Tandis que Cortereal et Cabot le cherchaient sur l’océan Atlantique, et Cortès jusqu’au fond du golfe de Californie, tandis que Pizarre descendait la côte du Pérou et que Valdivia conquérait le Chili, la solution de ce problème était trouvée par un Portugais au service de l’Espagne, par Fernand de Magellan.

    Acheter
  • Le Passage du Nord-Ouest

    10,00

    En découvrant l’Islande, la fameuse Thulé, et cet océan cronien dont la vase, les bas-fonds et les glaces rendaient la navigation dangereuse, où les nuits sont aussi claires qu’un crépuscule, Pithéas avait ouvert aux Scandinaves la route du Nord. La tradition des navigations accomplies par les anciens aux Orcades, aux Féroë et jusqu’en Islande se conserva chez les moines irlandais, hardis marins eux-mêmes, ainsi que le prouvent leurs établissements successifs dans ces archipels. Aussi furent-ils pilotes des Northmen, nom que l’on donne généralement à ces pirates scandinaves, norvégiens et danois, qui se rendirent pendant le Moyen Âge si redoutables à l’Europe entière. Mais, si toutes les informations que nous devons aux anciens, Grecs et Romains, sur ces contrées hyperboréennes sont extrêmement vagues et pour ainsi dire fabuleuses, il n’en est pas de même pour ce qui concerne les entreprises des « hommes du Nord ». Les sagas – c’est ainsi qu’on désigne les chants islandais et danois –, sont extrêmement précises, et les données si nombreuses que nous leur devons se trouvent tous les jours confirmées par les découvertes archéologiques, faites en Amérique, au Groenland, en Islande, en Norvège et en Danemark. Il y a là une source de renseignements des plus précieuses, longtemps inconnue et inexploitée, dont on doit la révélation à l’érudit danois C.-C. Rafn, et qui nous fournit, sur la découverte précolombienne du continent américain, des faits authentiques du plus haut intérêt.

    Acheter
  • Burkhardt, au cœur de l’Égypte

    19,90

    Quand nous avons atteint le sommet, j’ai laissé mon guide avec les chameaux et je suis descendu dans une fissure presque perpendiculaire envahie de sable, pour examiner le temple d’Abou Simbel, dont on m’avait vanté les splendeurs. Aucune route ne mène aujourd’hui à ce temple, mais il est probable qu’un changement soit intervenu dans le cours du Nil et autrefois il existait peut-être un chemin le long du rivage pour atteindre l’édifice. Ce dernier se dresse à environ vingt pieds au-dessus du fleuve, entièrement découpé dans la falaise rocheuse et en parfait état de conservation… – Johan-Ludwig Burckhardt.

    Acheter
  • Jules Verne, en mer et contre tous

    19,90

    Je ne sais si mes lecteurs ont été envahis quelquefois par une insurmontable passion : je l’espère. Alors, ils me comprendront. Ils se rendront compte de l’état d’un esprit dans lequel dix années de lectures constantes avaient amassé un trop plein d’impatiences, de tentations, de souhaits dévorants. J’en arrivais à m’identifier absolument avec les grands voyageurs dont j’absorbais les œuvres. Je découvrais les contrées qu’ils avaient découvertes. J’étais Colomb en Amérique, Magellan à la Terre de Feu, Jacques Cartier au Canada. La terre me semblait trop petite, puisqu’on en avait fait le tour. Sous peine de partir pour l’autre monde, je dus voyager à tout prix. Lorsque cette idée de déplacement se fut emparée de moi, elle ne me laissa plus un instant de répit. Puis il y avait la mer à traverser, et pas de bon voyage sans un bout de navigation. – Jules Verne.

    Acheter
  • La Cour du Maroc

    6,00

    Ne rien faire est une occupation si douce qu’il est bien permis de chercher à la varier et à la rendre plus agréable encore.

    Acheter
  • Le Sahara

    6,00

    Il n’y avait dans l’air immobile ni mouvement, ni bruit, mais je ne sais quel murmure indéfinissable qui venait du ciel et qu’on eût dit produit par la palpitation des étoiles.

    Acheter
  • Le Rif

    6,00

    Au fond de ces nuits d’Afrique, il y a je ne sais quoi de fatidique et d’énamouré unique au monde, effluve des lauriers-roses, des buissons enflammés de lucioles, de tout ce qui respire et de tout ce qui meurt au fond de l’ombre chaude.

    Acheter
  • Tanger

    6,00

    Ce chaos inouï de couleurs nouvelles, la symphonie hurlante de ces bruits sauvages, et, par-dessus tout, le soleil métallique qui verse sur cet ensemble le fracas de ses rayons, laissent ahuri le pauvre voyageur que je suis.

    Acheter
  • Fès

    6,00

    Cette ville, qui paraît si maussade et si noire à qui la parcourt sans lever la tête, déploie toute sa vie féminine et élégante le soir sur ses toits, à ces heures dorées de la fin du jour.

    Acheter
  • Iran, un monde en mouvement

    20,00

    « Notre avion décolle. Mon mari et moi nous tenons la main comme à chaque fois durant ce bref moment où la salle s’obscurcit avant le début du film. À quoi ressemblerait celui-ci, je l’ignore encore : dans les semaines à venir je serai confrontée à d’innombrables imprévus, retard et rendez-vous manqués. Seront-ils plus décourageants que tous les refus entendus depuis trois ans chez les producteurs, diffuseurs et autres commissions à chaque présentation de notre projet documentaire sur l’Iran ? L’esprit qui règne à Paris est que l’Iran s’ouvre depuis l’élection du président Khatami ; dans ces conditions, nul ne veut entendre parler du documentaire qui « filme la dictature au travail ». Il y a aussi le dogme du reportage, formaté pour les télévisions, avec commentaire et personnage principal. À chacun sa censure. »

    Notes sur le tournage kafkaïen du documentaire SOS à Téhéran de Sou Abadi.

    Ouvrage épuisé
  • Les Découvreurs de l’Asie

    10,00

    Depuis le jour où les Jésuites avaient pu mettre le pied dans le Céleste Empire, ils avaient travaillé, par tous les moyens au pouvoir, à rassembler des documents de tout genre sur cette immense contrée, qui n’était connue, avant eux, que d’après les récits merveilleux de Marco Polo. Bien que la Chine soit la patrie de la stagnation et que les mœurs y demeurent constamment les mêmes, trop d’événements s’étaient passés pour qu’on ne désirât pas être renseigné d’une manière plus précise sur un pays avec lequel l’Europe pouvait entamer des relations avantageuses. Les résultats des recherches des pères de la Compagnie de Jésus, qui jusqu’alors avaient été publiés dans le recueil précieux des Lettres édifiantes, furent réunis, révisés, augmentés par un de leurs plus zélés représentants, par le père Du Halde. Le lecteur n’attend pas, sans doute, que nous résumions ce travail immense ; un volume n’y suffirait pas, et d’ailleurs les renseignements que nous possédons aujourd’hui sont bien plus complets que ceux que l’on doit à la patience et à la critique éclairée du père Du Halde, qui composa le premier ouvrage sur le Céleste Empire.

    Acheter
  • Les Découvreurs des Amériques

    10,00

    À plusieurs reprises nous avons eu l’occasion de raconter certaines expéditions qui avaient pour but de reconnaître les côtes de l’Amérique. Nous avons parlé des tentatives de Fernand Cortès, des courses et des explorations de Drake, de Cook, de La Pérouse et de Marchand. Il est bon de revenir en arrière et d’envisager, avec Fleurieu, la suite des voyages qui se sont succédés sur la rive occidentale de l’Amérique, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

    Acheter
  • Croatie

    20,00

    Entre 1991 et 1992, la ville a été pilonnée par deux mille obus. Deux tiers des toits ont été percés et de nombreux bâtiments ont sombré dans les flammes. Treize ans plus tard, Dubrovnik, impériale, semble pourtant dominer le monde.

    Ouvrage épuisé