Librairie

Affichage des produits 346–360 sur 424

  • Voyage en Turquie avec Pierre Loti

    20,00

    « Déjà, voici les kiosques impériaux et les grands harems ; puis la série des palais tout blancs aux quais de marbre. Et enfin, là-bas et là-haut, sortant tout à coup d’une brume qui se déchire, la silhouette incomparable de Stamboul. » – Pierre Loti, Fantôme d’Orient

    Acheter
  • Mon village, voyage à dos de tabouret

    20,00

    Si vous n’aviez pas été chassé d’un beau château à grands coups de pied dans le derrière pour l’amour de mademoiselle Cunégonde, si vous n’aviez pas été mis à l’Inquisition, si vous n’aviez pas couru l’Amérique à pied, si vous n’aviez pas donné un bon coup d’épée au baron, si vous n’aviez pas perdu tous vos moutons du bon pays d’Eldorado, vous ne mangeriez pas ici des cédrats confits et des pistaches. – Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin.

    Voltaire, Candide ou l’Optimisme.

    Ouvrage épuisé
  • Essaouira, la perle du Maroc

    20,00

    Je dois à Nourredine, rencontré à Marrakech, et beaucoup plus tard au souriant Brahim, d’avoir découvert Essaouira. Les gens d’ici ne sont que simplicité et gentillesse. Certains me reconnaissent lorsque je dessine dans les souks ou les ruelles. D’autres m’offrent un siège, parfois même du thé.

    Acheter
  • Montréal

    6,00

    Enfin, nous voici à Montréal. Depuis longtemps, dès ma plus petite enfance, je rêvais du Canada.

    Acheter
  • Le Klondike

    6,00

    Ils avaient vu ce qu’est la vie, accompli maints exploits et eu chacun leur part de roman, mais ils l’ignoraient.

    Acheter
  • Le Québec

    6,00

    Ils sont hospitaliers, aiment la bonne chère, la danse et les femmes, qui sont généralement bien faites et de belle carnation.

    Acheter
  • Le Transcanadien

    6,00

    Merveilleux spectacle ! Le soleil est chaud, la lumière éclatante ; un véritable ciel d’Italie illumine ce paysage glaciaire.

    Acheter
  • Le Saint-Laurent

    6,00

    Nous allons éprouver, dans toute son intensité, cette fameuse sensation du « shooting the rapids » qui est le principal attrait de ce périlleux voyage.

    Acheter
  • Ombres Chinoises

    45,00

    San Bartolomé utilise l’ombre comme la main du lettré le pinceau ; sa trace photographique montre la sensibilité individuelle de l’artiste posée sur la ville chinoise moderne en pleine mutation. Ces ombres-là ne sont pas seulement les doigts spirituels de l’artiste ; mais aussi des moments de la nature et de la société qu’ils ont effleurés.

    Yin Jinan, historien et critique d’art.

    Acheter
  • Tchiloli

    25,00

    Le masque, qui abolit la frontière entre le monde humain et le monde supra-humain, joue sur un paradoxe. Les gestes du porteur de masque peuvent se reproduire indéfiniment car ils se transmettent de génération en génération, mais ils fixent aussi l’instant, car la représentation n’est jamais semblable à la précédente. La geste masquée exige la totale disponibilité du porteur et la participation de tous ceux qui regardent. Cette pratique serait un moyen privilégié par lequel le porteur de masque s’investit dans un rapport collectif. C’est grâce à ce rapport collectif que le masque favorise le rétablissement de l’ordre du monde, selon la logique de la société qui agit par le masque.

    Acheter
  • Moi, Ingres

    25,00

    … Pur et large, voilà le dessin, voilà l’art. La peinture d’Ingres ne manque pas d’émouvoir, car même dans le sujet historique ou mondain, tout le tableau semble servir de prétexte et d’ornement à la représentation de la femme, de préférence nue. Le Bain turc, chef-d’œuvre d’un vieillard qui révère le corps féminin, rassemble tous les trésors du peintre, depuis les seins trop écartés de La Dormeuse de Naples jusqu’à la main bizarre de Madame Moitessier. « Le Bain turc nous précipite dans un espace devenu chair » écrit Manuel Jover. Une chair d’or froid, lisse et pleine, faite de tailles tordues, de contorsions semblables à des arabesques, d’aisselles exhibées, de visages renversés dans une semi-extase… Ultime offrande du vieux peintre, ces femmes élastiques consacrent le désir comme une source d’art et la nudité comme la forme la plus désirable du beau.

    Acheter
  • Moi, Carrière

    25,00

    … Le poème adorable et tragique des tendresses humaines. « Ce peintre a un comique froid particulier et assez désarçonnant pour les imbéciles » note Edmond de Goncourt dans son journal. Les témoignages de ses amis concordent : Eugène Carrière est amusant, parfois spirituel et de caractère enjoué. Mais si nous interrogeons ses autoportraits, nous y rencontrons un regard sombre, austère, qui exprime une inquiétude tenace en même temps qu’une grande douceur. Son œuvre présente d’ailleurs une image du monde semblable à son regard, entrelaçant la tendresse au sentiment tragique.

    Acheter
  • Louise Michel, exil en Nouvelle-Calédonie

    19,90

    Tout ici déracine l’être de lui-même ; le silence profond, la solitude où la pensée frappe de ses ailes les sommets tourmentés des montagnes ; tout cela vous emporte loin, bien loin de votre existence.

    Ouvrage épuisé
  • Monet, Lumières sur la cathédrale

    20,00

    J’en demande pardon aux professionnels, je ne puis résister à l’envie de m’établir, pour un jour, “critique d’art”. La faute en est à Claude Monet. Je suis entré chez Durand-Ruel, pour revoir à loisir les études de la cathédrale de Rouen dont j’avais eu la joie dans l’atelier de Giverny, et voilà que cette cathédrale aux multiples aspects, je l’ai emportée avec moi, sans savoir comment. Je ne puis m’en débarrasser. Elle m’obsède. Il faut que j’en parle, et, bien ou mal, j’en parlerai. – Georges Clemenceau 

    Acheter
  • Les Conquistadors

    10,00

    Les lettres et les récits de Colomb et de ses compagnons, qui s’étendaient complaisamment sur l’abondance de l’or et des perles dans les pays récemment découverts, avaient enflammé l’imagination d’un certain nombre de commerçants avides et d’une foule de gentilshommes amoureux des aventures…

    Acheter