Christophe Colomb

1492 est un millésime célèbre dans les annales géographiques. C’est la date mémorable de la découverte de l’Amérique. Le génie d’un homme allait pour ainsi dire compléter le globe terrestre, en justifiant ce vers de Gagliuffi: Unus erat mundus ; duo sint, ait iste : fuere. L’ancien monde devait donc être chargé de l’éducation morale et politique du nouveau. Était-il à la hauteur de cette tâche, avec ses idées encore étroites, ses tendances à demi barbares, ses haines religieuses ? Les faits répondront d’eux-mêmes.

Résumé

Très jeune, Christophe Colomb (1451 ou 1452-1506) désirait « connaître les secrets du monde ». Devenu cartographe et marin, il voue son existence à la recherche d’une voie maritime qui permettrait de gagner les Indes par l’ouest. Il obtient les faveurs de la couronne espagnole et entreprend, le 3 août 1492, une première expédition. Il accoste sur l’île de Guanahani, dans l’archipel des Bahamas, puis découvre Cuba et Saint-Domingue. 
Premier des conquistadores, Colomb meurt en 1506 sans connaître l’importance fondamentale de ses découvertes. Lorsque Jules Verne entreprend de raconter les voyages de Colomb, la critique historique de la découverte du Nouveau-Monde vient juste de commencer, grâce à la publication, en 1875, de l’Historia de Las Casas, restée inédite depuis le XVIe siècle. 

Informations

ISBN 978-2-35074-014-0
Date de parution septembre 2005
Façonnage
Dimensions 20 x 13 cm
Pages 132
Illustré Non

Thèmes associés

aventure, conquete, découverte, exploration, navigation

Région(s)

Amérique latine, Voyages en mer
Prix :

10,00